ConfinementJusticeLutte contre les violences conjugales

Tous Acteurs

Augmentation de 14 à 17 % des appels au 39 19 -plateforme téléphonique d’écoute et d’assistance aux femmes victimes de violences conjugales -, hausse de 30 % des signalements à la police et de 20 % des appels au 119 – pour les enfants… Encore plus qu’à l’accoutumée, les violences domestiques inquiètent !Il est difficile de savoir exactement dans quelle proportion les actes de violences augmentent avec le confinement, ou même s’ils augmentent réellement, en raison du trop grand nombre de données inconnues.

Selon le dernière enquête dite  » Virage  » https://site.ined.fr » de l’Institut National d’Études Démographiques, seules 13 à 19 % des femmes victimes de violences portent plaintes.

Le confinement a-t-il convaincu en plus grand nombre d’entre elles de signaler leur situation, au vu du manque d’échappatoires ? Ou le nombre d’actes est-il en hausse ? Quoiqu’il en soit, pour les personnes victimes de violences intrafamiliales, être confiné.e avec la personne violente est un terrible facteur aggravant  !

Alors que faire, qui appeler, si vous ou quelqu’un de votre entourage se retrouve dans ce type de situation ?

Tous Acteurs !
Si un.e de vos proches est victime de violences intrafamiliales, il est important, quelle que soit ses décisions, de ne jamais la rabaisser ou le culpabiliser, et de rester dans la mesure du possible présent et à son écoute. Les mécanismes de violences et de manipulation domestiques reposent très souvent sur la culpabilisation, l’isolement et la dévalorisation de la personne qui les subit, on ne fait que les renforcer si on adopte aussi un de ces comportements.Si vous avez des doutes quant à ce qu’il se passe chez vos voisins dans un moment de tensions évidentes, n’hésitez pas à intervenir en allant demander des explications. La violence et l’humiliation ne sont ni des affaires privées ni des affaires de couple, et dans le doute il vaut mieux prendre le risque d’interrompre une scène de ménage sans danger que prendre celui de laisser une personne exposée à des violences domestiques sans assistance. Si la situation vous paraît ingérable ou trop dangereuse, appelez la police au 17.

Si vous soupçonnez un cas de violences domestiques dans votre entourage, essayez plutôt de rentrer en contact avec la victime sans que la personne violente ne soit mise au courant, pour éviter les représailles qu’elle pourrait faire subir à son entourage.

Sur l’ensemble du territoire
Le 119 est un numéro national dédié à la prévention et à la protection des enfants en danger ou en risque de l’être. Il est accessible 24h/24 et 7 jours sur 7 et gratuit. Documentation et possibilité de signalements sur le site suivant :  https://www.allo119.gouv.fr/

.Le 3919 est un numéro d’écoute destiné aux femmes visées par des violences conjugales. Gratuit, accessible, permet la simple discussion, l’orientation vers des structures spécifiques le plus adaptées possibles, ou encore de donner l’alerte aux services compétents en cas d’urgence, que ce soit la police, les pompiers, la gendarmerie, le Samu.

Le 114 est l’équivalent SMS du 3919, très pratique pour donner une alerte en urgence sans être repéré par la personne violente, ou pour les personnes sourdes, malentendantes ou atteintes de troubles de l’élocution.

Le Planning Familial, joignable au 0 800 08 11 11, du lundi au samedi, de 9h à 20h, gratuitement, qui propose entre autres un accompagnement sur les thèmes de la contraception et de l’avortement, peut aussi conseiller et rediriger les personnes victimes de violences intrafamiliales. Rappel important : une mineure a le droit d’avorter sans l’autorisation de ses parents, contactez le Planning pour plus d’infos.

Un plan d’action a été lancé pour inciter les pharmacies à servir de points d’alerte en cas de violences. 
Une plateforme gouvernementale permet de signaler en ligne via un système de tchat direct avec la police, https://arretonslesviolences.gouv.fr/ .La possibilité existe de demander une ordonnance juridique de protection, délivrée par un juge des affaires familiales, auprès d’un tribunal judiciaire. Elle permet d’obliger la personne violente à se confiner ailleurs, et ne nécessite aucun dépôt de plainte préalable. Le formulaire est disponible ici.Des chambres d’hôtels et autres logements ont été mis à disposition pour permettre d’éloigner la personne violente, ou pour proposer des solutions d’hébergement transitoires aux femmes le désirant.

Le 0 800 05 95 95 « Sos Viols Femmes Informations » est destiné aux femmes victimes de viols ou d’agressions sexuelles, à leur entourage et aux professionnels concernés. Le numéro est anonyme et gratuit depuis un poste fixe, du lundi au vendredi de 10h à 19h.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *